---

---
Home / Projets / Swollen Shoot
A+ R A-

Projet national de lutte contre le swollen shoot

E-mail Print PDF

Le SWOLLEN SHOOT ou la maladie du gonflement des rameaux

La cacaoyère ivoirienne en danger : le Swollen shoot progresse. Une maladie se répand rapidement dans la cacaoyère ivoirienne. Il s’agit du "Swollen shoot", maladie virale décrite pour la première fois au Ghana en 1936.
Cette maladie, largement confinée en Afrique de l’ouest, est considérée comme une maladie virale majeure. Elle a causé des pertes inestimables aux producteurs du Nigeria et du Ghana où plusieurs millions de plants de cacaoyers ont été détruits. Le virus se transmet essentiellement par des cochenilles.
Trois principaux symptômes sont en effet associés au développement de la maladie : le gonflement des rameaux et des racines, le jaunissement des feuilles et la déformation d’organes. Le gonflement des rameaux, à la base, à l’extrémité ou dans l’entre nœud, est le symptôme le plus spectaculaire de la maladie, celui qui justifie le nom de Swollen shoot attribué à cette maladie. Le gonflement des rameaux est fréquent et prononcé sur les gourmands. Les renflements peuvent également apparaître sur les racines.


Gloflement des tiges

Les symptômes foliaires sont aussi fréquents. Sur les jeunes feuilles, la maladie se manifeste par un éclaircissement le long des nervures. Sur les feuilles adultes, l’on observe un éclaircissement jaunâtre, une décoloration et une panachure. La déformation des feuilles et des cabosses est également observée. Les arbres malades présentent des cabosses de petite taille et de forme arrondie ; ils subissent une forte défoliation et finissent par mourir.
Où sevit le SWOLLEN SHOOT en Côte d'Ivoire?


En Côte d’Ivoire, la maladie a été décrite depuis 1943 dans la zone Est à Sankadiokro (département d’Abengourou) et Kongodia (département d’Agnibilékro). Toutefois, les dégâts et la propagation de la maladie sont restés limités. Un équilibre semble s’être établi entre le virus et le cacaoyer dans cette zone.
En 2003, une prospection a permis de découvrir de nouveaux foyers dans le Centre-Ouest du pays, dans les départements de Sinfra et Bouaflé. Rappelons que les cacaoyères dans ces deux régions couvrent 77 418 hectares.
Dans ces localités, les pertes de production dues à la maladie varient de 40 à 100%. Plusieurs vergers de cacaoyers ont été réduits à l’état de jachère par la maladie, offrant ainsi un paysage agricole de désolation.


http://fdpcc.ci/design/images/swollen/titre_swollen.gif


NOUVELLE MENACE POUR LA CACAOYERE IVOIRIENNE


Déformation des cabosses

Ampleurs des dégats
La maladie réduit de façon significative la production et le développement des cabosses ainsi que la qualité des fèves. Dans les localités de Bouaflé et Sinfra où les foyers ont été repérés, plus de 8 600 hectares de cacaoyers ont été détruits et les rendements ont chuté de plus de 66%. Les premières observations ont montré que dans un rayon de 22 mètres autour d’un foyer, les cacaoyers, bien qu’apparemment sains, sont déjà infectés par le virus.

Les partenaires techniques du projet

  • Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (FIRCA),
  • Fonds de Développement et de Promotion des activités des producteurs de Café et de Cacao (FDPCC),
  • Centre National de Recherche Agronomique (CNRA),
  • Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER),
  • Ecole Nationale de Statistiques et d’Economie Appliquée (ENSEA),
  • Centre de Cartographie et de Télédétection (BNETD/CCT).

LES PARTENAIRES TECHNIQUES DU PROJET

 

QUELQUES IMAGES FORTES

Plantation dévastée par la maladie

Déformation des cabosses Jaunissement des feuilles le long des nervures

Glonflement des racines

Déformation des cabosses


Gonflement des tiges Gonflement des tiges

Tige morte à la suite du gonflement des tiges